Projets
localisation : Cap-Vert

Cap-Vert

Contexte et actualités

Situé dans l’Océan Atlantique, l’archipel du Cap-Vert se trouve à quelque 600 km de la côte occidentale de l’Afrique, en face de la Mauritanie et du Sénégal. Sa superficie est d’un peu plus de 4000 km². Cet archipel est constamment sous la menace de la sécheresse qui entraîne un important exode rural. Dépourvu de ressources naturelles et d’eau douce, le Cap-Vert est limité dans son activité agricole en raison de la stérilité des terres (10% seulement de terres arables). Une agriculture à flanc de collines a par ailleurs provoqué une grave érosion du sol. Ces dernières années, l’archipel a dû faire face à de nombreuses crises qui ont eu d’importantes conséquences socio-économiques : éruption du volcan Pico do Fogo (fin 2014), passage de l’ouragan Fred (été 2015), épidémie Zika (2015-2016), crise du Covid-19 (depuis 2020).

 

Privé de ressources naturelles, marqué par un manque d’infrastructures, le pays a longtemps eu du mal à développer ses entreprises et à booster l’investissement privé. Il reste dépendant des importations (énergie et nourriture), de l’aide de l’Union européenne, des fonds envoyés par la diaspora (environ 16% de son PIB en 2021), de l’aide au développement (13%). Le Cap-Vert connaît une très forte émigration. Quelque 800.000 Cap-Verdiens vivent à l’étranger alors que seulement 583.000 habitent l’archipel dont la moitié sur l’île de Santiago. Depuis des années, le pays a misé sur le tourisme (un quart de la richesse nationale) et s’est lancé dans une série de réformes pour dynamiser le secteur privé et attirer les investisseurs étrangers. En 2008, le Cap-Vert accédait au rang des pays à développement moyen. Selon le classement IDH 2020 (Indice de Développement Humain) du PNUD, le Cap-Vert occupe le 126e rang sur 189 pays/territoires classés. Il poursuit son développement et devient plus performant.

Dans ce pays où 60% de la population a moins de 30 ans, la structure familiale se caractérise  par l’absence du père et on note un nombre important de naissances non désirées. Nombre de mères tentent de subvenir seules aux besoins d’une famille souvent nombreuse. La pauvreté accroît la vulnérabilité des enfants dont un grand nombre, plus particulièrement les filles, abandonnent souvent l’école et travaillent (secteur agricole, emploi domestique, vente ambulante) pour subvenir aux besoins de la famille quand ils ne sont pas livrés à eux-mêmes dans la rue. Si des progrès notables sont à relever du côté de l’éducation, le taux net de scolarisation en primaire étant de 98% (l’école primaire, gratuite et obligatoire, est universelle depuis 2001) et le taux d’alphabétisation des adultes de 85%, le décrochage scolaire reste élevé (plus de 10% en zone rurale).

Le Cap-Vert a ratifié la Convention des Nations Unies relative aux Droits de l’Enfant le 4 juin 1992. Des mesures ont été prises pour améliorer la situation en matière de survie et de développement de l’enfant mais beaucoup reste à faire pour sa protection et ses droits. En cause notamment, le travail des enfants qui demeure un problème (il concerne plus de 6% des 5 à 14 ans) dans ce pays qui a aussi ratifié en 2001 la Convention sur les pires formes de travail des enfants (C182, Organisation Internationale du Travail, 1999) et en 2011 la Convention sur l’âge minimum de travail (C138, OIT, 1973) fixé à 15 ans.

 

SOS Villages d’Enfants au Cap-Vert

carte localisation de SOS au Cap-Vert (à Sao Domingos et Assomada)SOS est active au Cap-Vert depuis les années 1980, avec l’ouverture sur l’île de Santiago d’un premier village d’enfants SOS dans lequel ont été intégrés un jardin d’enfants et un foyer de jeunes à Assomada, à une trentaine de kilomètres de la capitale Praia. Un second village a ouvert en 2003, à São Domingos.

SOS qui mène un intense travail de plaidoyer pour la défense des droits de l’enfant vient aujourd’hui en aide à plus de 2.000 bénéficiaires (incluant 739 enfants et jeunes bénéficiaires directs) à travers 2 villages d’enfants, 2 foyers de jeunes, 1 centre social, 1 école (désormais placée sous l’égide de l’éducation nationale) et 1 programme pour l’emploi et la formation. L’association multiplie les partenariats publics et privés. Elle entend faire évoluer les mentalités en matière de planification familiale et sensibiliser les pouvoirs publics en faveur du bon développement des politiques sociales.

Domaine

Localisation

Projets à la une

Soutenez l'association


Partager

Newsletter

En indiquant votre adresse électronique, vous acceptez de recevoir notre contenu envoyé par courrier électronique et vous acceptez notre politique de confidentialité.
Vous pouvez vous désinscrire à tout moment en utilisant les liens de désinscription.