Actualités

Répondre à l’urgence, notre priorité !

Publié le : 29.03.2021

Certains d’entre vous viennent de recevoir notre mailing consacré à l’urgence et en particulier à la situation en République centrafricaine, pays qui a vécu une escalade de la violence. 1.400 déplacés, surtout femmes et enfants, avaient trouvé refuge dans le Village d’Enfants SOS de Bouar. Fort heureusement, une accalmie leur a permis de retourner chez eux. Dans ce pays où la situation reste très fragile, nous sommes mobilisés à travers un programme d’éducation et de protection qui se déploie dans l’école publique Kokoro II située près de Bangui. Il a pour but d’offrir de bonnes conditions d’apprentissage et une éducation de qualité aux enfants, premières victimes d’une crise qui perdure. Démarrées à l’automne 2020, certaines activités se sont concrétisées : travaux de construction et de rénovation (classes et latrines), distribution de matériel de protection et sensibilisation aux gestes barrières contre le coronavirus, remise de 1.000 kits scolaires aux plus vulnérables dont 520 filles et de kits pédagogiques aux enseignants par ailleurs formés et démarrage d’un soutien psychosocial. Après des semaines d’arrêt, elles viennent de reprendre.

Répondre à l’urgence est une de nos priorités car, partout où conflits, catastrophes et crises mettent en péril la vie des enfants, nous devons les protéger, les aider à se rétablir et leur permettre de retrouver leur vie d’enfant. Ainsi nous engageons-nous aujourd’hui en Colombie dans un programme axé sur la protection des mineurs vénézuéliens non accompagnés et en Ethiopie dans un nouveau projet en direction des communautés affectées par le conflit armé dans la région du Tigré.

La tragédie des Rohingyas

L’urgence est aussi en Asie du Sud-Est. En Birmanie où, depuis le coup d’Etat, la junte militaire réprime avec une violence inouïe les manifestations pro-démocratie. Au Bangladesh où, le 22 mars, un gigantesque incendie a dévasté des camps de réfugiés Rohingyas à Cox’s Bazar, obligeant plus de 50.000 enfants et adultes à se déplacer. Cette nouvelle catastrophe vient nous rappeler la tragédie de ces Rohingyas. Près de quatre ans après avoir fui leur pays, suite au génocide perpétré par les militaires birmans, des centaines de milliers survivent toujours dans des conditions déplorables, sans aucun espoir de retour.

Active depuis plus de 45 ans, SOS Villages d’Enfants Bangladesh, qui soutient plus de 15.500 enfants, adolescents et familles, est intervenue de février 2018 à février 2020 dans les camps de réfugiés de Cox’s Bazar. Elle a ouvert 5 Espaces Amis des Enfants et s’est occupée de 350 enfants Rohingyas. Suite à l’apparition du coronavirus et la mise en place des restrictions, elle a été contrainte de remettre les espaces aux autorités et d’arrêter ses activités. Elle travaille actuellement, loin des camps dévastés par l’incendie, avec une communauté d’accueil à Palongkhali Union où elle soutient 289 familles, expliquait le directeur de l’association au lendemain de la catastrophe.

Shubha Murthi, directrice générale adjointe des opérations et directrice internationale pour l’Asie de SOS Villages d’Enfants, s’est, elle aussi, exprimée : « Alors que je regardais les images surgissant des informations, j’ai été submergée par les souvenirs de ma visite en décembre 2019 dans le camp Rohingya alors que SOS Villages d’Enfants y aidait depuis deux ans plus de 300 enfants à travers des Espaces Amis des Enfants. L’incendie du camp est dramatique pour les familles Rohingyas et rien ne peut dédommager les personnes qui ont perdu des êtres chers et, pour la seconde fois, leur abri. Etre un réfugié dans un pays étranger est déjà difficile, mais perdre deux fois tout ce que l’on possède, est tragique. SOS Villages d’Enfants observe de près la situation sur le terrain pour voir quelles possibilités il y a pour aider les enfants et les femmes dans le besoin. Pour le moment, la pandémie et les réglementations nationales qui ont suivi n’offrent que des options limitées, que SOS Villages d’Enfants continue d’explorer ».

Pour nous aider à répondre efficacement aux crises majeures qui sévissent dans le monde, vous pouvez faire un don sur le CCPL IBAN LU65 1111 0050 0053 0000 (avec la mention « Urgences 2021 ») ou via notre page don.

Merci pour votre solidarité !

Photos © SOS Villages d’Enfants RCA, Alea Horst

Catégories

Articles récents

Soutenez l'association

Partager

Newsletter

En renseignant votre adresse email, vous acceptez de recevoir indiquer la fréquence d’envoi et le type de contenus envoyés par courrier électronique et vous prenez connaissance de notre politique de confidentialité.
Vous pouvez vous désinscrire à tout moment à l’aide des liens de désinscription.