Actualités

Sénégal, Pikine : Un Club d’Enfants qui fait entendre sa voix !

Publié le 9.02.2024

Chaque enfant doit pouvoir s’exprimer et être écouté sur les sujets liés à son développement et influencer les prises de décision qui le concernent. C’est pourquoi, au sein des communautés, les Clubs d’Enfants permettent aux filles et aux garçons de débattre, de partager leurs savoirs, de promouvoir leurs droits, de se protéger contre toutes les formes de violence et de prendre des initiatives et mobiliser des ressources pour soutenir les enfants défavorisés de leurs quartiers.

« La voix des enfants »

A Pikine, au Sénégal, depuis quelques années, le Club « La voix des enfants » s’engage sur la problématique de la protection des enfants. Né en mars 2016, il a rapidement été reconnu au sein de la communauté, surtout par les enfants, mais aussi par les entités publiques. Tous ses membres ont été formés et accompagnés par l’équipe protection de l’enfant du PACOPE. Dès le départ, il a eu pour mission de s’assurer de la prise en compte de la parole des enfants sur les problèmes de protection, de réaliser des activités communautaires de sensibilisation et de signaler les cas de Violence, Abus, Exploitation, Négligence (VAEN) et les situations de vulnérabilité (OEV).

Le Club de Pikine est reconnu au sein de la communauté, surtout par les enfants.

Mobilisation des ressources

Le Club a mobilisé des ressources au sein de la communauté et auprès d’autres acteurs en protection de l’enfant pour notamment soutenir des enfants ayant des besoins éducatifs. Il a ainsi organisé quelques grandes activités, comme une cérémonie de distribution de fournitures scolaires aux enfants des familles vulnérables de Pikine après une vaste collecte de fonds menée auprès des AVE&C, des maires et des particuliers.

Séances de sensibilisation

De 2017 à 2020, le Club a organisé 445 séances de sensibilisation sur des sujets variés comme la scolarisation des enfants, surtout celle des filles, les conséquences des violences faites aux enfants ou encore à partir de 2020 sur les mesures barrières au temps du Covid-19. Il a touché 3.470 personnes du quartier (76% de filles/garçons et 24% d’adultes).

Activité “le rendez-vous des enfants” organisée par le Club d’Enfants.

Contribution aux activités des enfants du quartier

En plus des sensibilisations, le Club a été actif dans des activités d’information, d’éducation et de communication à travers des visites à domicile, ce qui a permis de voir si le suivi scolaire fonctionnait bien. Le Club a réalisé des activités socio-éducatives, culturelles et sportives, mais aussi participé à des cérémonies et à des colonies de vacances en initiant des activités de loisirs.

Répondre à la maltraitance et à la vulnérabilité

Le Club a par ailleurs eu des résultats remarquables dans l’identification et le signalement des cas de VAEN/OEV, ce qui a démontré à la communauté à quel point les enfants sont incontournables dans la résolution des problèmes qui les concernent. Il a aussi engagé la mobilisation de ressources pour répondre à des situations de vulnérabilité des enfants (OEV). Ainsi l’activité « Eutou Xaléyi » (la cour des enfants), qui s’est déroulée chaque soir pendant les vacances au siège de l’association, a rassemblé les enfants pour des séances d’animation, de sensibilisation et de renforcement selon l’approche « Child to Child » et mobilisé des ressources via le parrainage d’un leader communautaire, d’une autorité locale ou d’un groupe AVE&C. Au final, grâce à ces ressources, le Club a distribué des fournitures scolaires à plus de 200 enfants – dont les familles avaient été impactées par les inondations – afin qu’ils puissent démarrer à temps leur scolarité.

Quelques résultats en bref

En quelques années, on peut dire que le Club d’Enfants a largement contribué à la promotion des droits de l’enfant dans les familles et au sein de la communauté. Les parents/tuteurs ont moins recours aux châtiments corporels en cas de manquement aux règles de conduite, la communication parents/enfants s’est renforcée et les violences faites aux enfants ont diminué. La scolarisation de l’enfant, son suivi et son maintien à l’école ont connu des améliorations, grâce au renforcement des pratiques parentales, notamment via les conseils du Club d’Enfants. Et, grâce à ses actions, les enfants de la communauté ont accru leurs connaissances sur leurs droits et leur protection contre les VAEN/OEV, les facteurs de risque et influencent positivement les pratiques de leurs parents. Un enfant a dit : « Nous savons aujourd’hui où sont les problèmes et comment les solutionner. On informe les enfants de leurs droits et devoirs. Il y a eu beaucoup de changements ».

Nous savons aujourd’hui où sont les problèmes et comment les solutionner. On informe les enfants de leurs droits et devoirs. Il y a eu beaucoup de changements

Enfant membre du Club d’Enfants de Pikine

Etendre les activités vers d’autres communautés

La participation de l’enfant et la démarche d’accompagnement visant à rendre les enfants auteurs, acteurs et animateurs de leurs propres initiatives de promotion de leurs droits et de leur protection, sont des facteurs clé de réussite du Club. A noter que l’appui et l’accompagnement par les membres du Comité de quartier de protection de l’enfant ont fortement contribué à atteindre ses résultats. On peut aussi mentionner la collaboration avec les Éclaireuses et Éclaireurs du Sénégal et les maires pour la prise en compte des préoccupations des enfants dans leurs programmes. Au fil du temps, le Club a étendu ses activités vers d’autres communautés avec l’appui d’autres partenaires que le PACOPE pour la réalisation d’activités avec d’autres groupes d’enfants.

Photos : © SOS Villages d’Enfants au Sénégal

Catégories

Articles récents

Soutenez l'association


Partager

Newsletter

En indiquant votre adresse électronique, vous acceptez de recevoir notre contenu envoyé par courrier électronique et vous acceptez notre politique de confidentialité.
Vous pouvez vous désinscrire à tout moment en utilisant les liens de désinscription.