Actualités

Des familles d’Ukraine en Pologne,
un an plus tard

Publié le 22.02.2023

Le 27 février 2022, le premier groupe de familles d’accueil de SOS Villages d’Enfants Ukraine franchissait la frontière polonaise. Les équipes spécialisées en action humanitaire d’urgence des deux pays ont travaillé sans relâche pour organiser l’évacuation. Un an plus tard, 124 enfants et 42 parents d’accueil vivent dans les villages d’enfants SOS de Pologne.

Plus d’un million et demi de réfugiés ukrainiens vivent aujourd’hui en Pologne, selon le HCR. 40% d’entre eux sont des enfants et 45% des femmes. La majorité est arrivée au début de la guerre, en février et mars 2022. Parmi eux, des familles d’accueil et des enfants placés, vivant dans des structures d’accueil : ces groupes ont besoin d’une protection spécifique et d’un soutien ciblé en cas de crise humanitaire.

des familles qui traversent la frontiere polono-ukrainienne
De nombreuses familles ont traversé la frontière vers la Pologne, ici à Hrebenne © Katerina Ilievska

Lorsque la guerre a éclaté, SOS Villages d’Enfants Pologne s’est associée à des organisations locales pour aider près de 500 enfants et parents d’accueil ukrainiens à se réinstaller, à trouver un logement et à accéder à des soins médicaux.

En parallèle, des familles d’accueil SOS ukrainiennes et des enfants d’un foyer pour enfants de Kiev ont été accueillis dans différents programmes en Pologne.

Quand la guerre a commencé, tout le monde était sur le pont. […] Quand nous avons entendu parler des familles à la frontière, fatiguées et frigorifiées, nous avons retroussé nos manches. Les maisons vides du village, qui n’étaient absolument pas adaptées pour les recevoir, ont été préparées en un rien de temps.

Eliza Potomska, directrice du village d’enfants SOS de Karlino

Pour soutenir les enfants et les familles en Ukraine, tout don sur le CCPL IBAN LU65 1111 0050 0053 0000 (mention « Urgence Ukraine 2023 ») ou via www.sosve.lu sera reçu avec gratitude.

Un an dans le village d’enfants SOS de Karlino

« Heureusement, les enfants ont fui suffisamment tôt pour ne pas être témoins des bombardements et des destructions », explique Natalia, coordinatrice du soutien aux familles dans le village d’enfants SOS de Karlino. « Ils étaient épuisés et effrayés. Les voir sourire aujourd’hui me redonne de l’espoir et de la joie ».

Natalia, musicienne polono-ukrainienne, avait l’habitude d’enseigner le piano aux enfants du village. Lorsque des familles d’accueil ukrainiennes sont arrivées, elle leur a consacré tout son temps. Au fil du temps, son soutien est de moins en moins nécessaire, mais Natalia est toujours là pour les enfants et les parents. Elle raconte : « Au début, les familles étaient dans une grande détresse émotionnelle, incapables de faire face psychologiquement à la nouvelle situation. La barrière de la langue était un problème, surtout pour les adultes. Après un an, je peux dire que nous nous sommes tous, d’une certaine manière, habitués à cette réalité. Nous sommes heureux que les enfants aillent bien. Nous faisons ce que nous pouvons, nous allons de l’avant ».

Les mères d’accueil ukrainiennes ont mis en place une routine stable pour que leurs enfants retrouvent un sentiment de sécurité et s’approprient leur nouvel environnement. Les enfants ont fait beaucoup de progrès dans l’apprentissage du polonais. Les plus jeunes fréquentent un jardin d’enfants et une école locale où une assistante parle l’ukrainien. Certains adolescents continuent à apprendre à distance dans leurs écoles ukrainiennes en suivant des cours en ligne. Après les cours, il y a un temps pour les loisirs et les amis.

Tous ne souhaitent qu’une chose : le retour à la paix

Nataliya, mère d’accueil SOS, a déménagé à Karlino avec ses sept enfants. Ils ont été contraints de quitter Brovary, leur ville d’origine, en périphérie de Kiev. La vie trépidante de la capitale ukrainienne lui manque, mais elle se réjouit de voir ses enfants se faire de nouveaux amis et s’adonner à leurs activités préférées. « Tous les enfants ont un passe-temps : celui qui aime chanter va à un cours de musique, les sportifs jouent au basket. Nous pouvons aussi faire de la peinture et des ateliers créatifs à la maison ».

Nataliya fait de son mieux pour aider les enfants et les parents ukrainiens à se sentir bien à Karlino, au quotidien et lors de moments plus émouvants, comme Noël ou Nouvel An. Elle-même a de la famille en Ukraine et comprend ce que les familles traversent, craignant chaque jour pour leurs proches et vivant dans l’attente de pouvoir retourner dans leur pays.

Portrait de Natalya

« Lorsque j’ai demandé aux enfants ce qu’ils souhaitaient faire pour fêter le Nouvel An, même les plus petits m’ont dit que leur plus grand rêve était de rentrer chez eux. Ils ont ajouté qu’ils garderaient de bons souvenirs de la Pologne et qu’ils voyageraient pour en découvrir davantage un jour. Mais pour l’instant, tous n’attendent qu’une chose : la paix ».

En Pologne, les besoins des enfants et des familles restent importants

Au moins 2.145 enfants parmi ceux qui vivaient dans des familles d’accueil en Ukraine sont désormais en Pologne, selon des données fournies par le gouvernement polonais en octobre 2022. Les besoins restent importants car la situation ne cesse de changer : certaines familles d’accueil retournent en Ukraine et d’autres arrivent.

Atteindre une certaine stabilité financière est difficile, surtout pour les parents – les femmes, principalement – qui s’occupent seuls des enfants et ne peuvent donc pas travailler. Le coût de la vie en Pologne a beaucoup augmenté ces derniers mois, le taux d’inflation est élevé et les prix des loyers ont flambé. L’inscription des enfants à l’école et l’accès aux services sociaux relèvent également du défi, compte tenu des différences entre les systèmes juridiques des deux pays et la barrière de la langue.

Une collaboratrice SOS donne conseil à une bénéficiaire

L’année dernière, SOS Villages d’Enfants Pologne et des organisations partenaires locales ont soutenu les familles d’accueil. Après que leurs besoins immédiats furent satisfaits, les familles ont bénéficié d’un soutien financier continu et de conseils.

Le programme d’aide financière cash and voucher a touché plus de 1.400 personnes l’année dernière. Il se poursuit en 2023, ciblant les familles d’accueil les plus vulnérables et les familles avec des enfants handicapés. L’équipe d’intervention d’urgence en Pologne élargit constamment son champ d’action, en se concentrant à la fois sur les moyens de subsistance et sur la santé mentale des enfants. 

En 2022, de nombreuses associations SOS en Europe ont proposé logement et services aux personnes en provenance d’Ukraine. Elles ont souvent travaillé ensemble avec SOS Ukraine pour répondre à l’urgence et accompagner réfugiés ukrainiens, familles d’accueil et mineurs non accompagnés. En fin d’année, on comptait 11.300 bénéficiaires.

Pour soutenir les enfants et les familles en Ukraine, tout don sur le CCPL IBAN LU65 1111 0050 0053 0000 (mention « Urgence Ukraine 2023 ») ou via www.sosve.lu sera reçu avec gratitude.

En savoir plus sur nos projets

Catégories

Articles récents

Soutenez l'association


Partager

Newsletter

En renseignant votre adresse email, vous acceptez de recevoir indiquer la fréquence d’envoi et le type de contenus envoyés par courrier électronique et vous prenez connaissance de notre politique de confidentialité.
Vous pouvez vous désinscrire à tout moment à l’aide des liens de désinscription.