Actualités

La situation sécuritaire se
détériore en République centrafricaine

Publié le : 29.01.2021

La République centrafricaine (RCA), un des pays les plus pauvres au monde, est aux prises avec une crise humanitaire oubliée. Depuis 2013, ce pays d’Afrique Centrale est secoué par une guerre civile dévastatrice : des groupes armés y opèrent ouvertement et contrôlent jusqu’à deux tiers du territoire.

Malheureusement, les élections présidentielles et législatives en cours ont ravivé les tensions et de nouveaux épisodes de violence sont venus ébranlés le pays, offrant à ces groupes armés l’occasion de mener des attaques contre des civils, les forces armées régulières et des soldats de la paix de l’ONU.  

À l’aube de ce mercredi 13 janvier dernier, une coalition de groupes armés a lancé une série d’attaques à la périphérie de Bangui, la capitale. «Compte tenu de la situation tendue, nous avons informé nos partenaires que nous suspendons toutes nos opérations jusqu’à nouvel ordre», a déclaré Soumaila Omar, coordinatrice de la sécurité et de l’approvisionnement de SOS Villages d’Enfants RCA. «Nous suivons notre plan d’urgence. Nous avons stocké suffisamment de nourriture et de fournitures pour que les familles des Villages d’Enfants SOS puissent durer jusqu’à la fin du mois de janvier et nous continuerons de le faire si la situation s’aggrave dans les semaines à venir. » «À Bangui, nous pouvons déjà ressentir l’impact immédiat de ces attaques à travers la flambée des prix des produits alimentaires et des matières premières, conséquence des groupes armés qui tentent d’étrangler la capitale », a ajouté M. Omar. Un couvre-feu est aujourd’hui imposé sur la capitale de 18h à 5h du matin.

Plus à l’Ouest, dans la ville de Bouar, les affrontements armés ont repris le 17 janvier, forçant de nombreuses familles de la communauté à chercher refuge dans le Village d’Enfants SOS. Depuis un peu plus d’une semaine maintenant, plus de 400 personnes – pour la plupart des femmes et de jeunes enfants – qui ont fui la violence sont hébergées et soignées dans le Village. «Une première aide alimentaire a été organisée par le Programme alimentaire mondial (PAM) le 20 janvier mais elle est insuffisante compte tenu des besoins à couvrir», explique Anatole Ngassenemo, coordinateur de la prise en charge alternative de SOS Villages d’Enfants. «Au vu de l’urgence, nous avons réalisé une série d’évaluations rapides des besoins en nourriture, protection, assainissement, santé. Nous nous attendons à ce que ces familles soient contraintes de rester dans le Village pendant les semaines à venir et nous avons donc commencé des sessions de soutien en santé mentale pour les aider, ainsi que les enfants vivant dans le Village, à faire face à la situation », ajoute M. Ngassenemo.

Cette situation exacerbe la précarité déjà importante des enfants et de leurs familles. La Centrafrique a plus que jamais besoin de notre soutien. SOS Villages d’Enfants a donc décidé de mettre en place un projet d’aide d’urgence afin de répondre aux besoins sans cesse grandissants des enfants et des familles cohabitant aujourd’hui dans l’espace restreint du Village d’Enfants SOS de Bouar.

Appel à la solidarité : Pour soutenir ces enfants et familles, vous pouvez faire un don sur le CCPL IBAN LU65 1111 0050 0053 0000 (mention Aide d’urgence – Bouar) ou via notre page don :

Faire un don >

#StrongerTogether

Photos ©Anatole Ngassenemo

Catégories

Articles récents

Soutenez l'association

Partager

Newsletter

En renseignant votre adresse email, vous acceptez de recevoir indiquer la fréquence d’envoi et le type de contenus envoyés par courrier électronique et vous prenez connaissance de notre politique de confidentialité.
Vous pouvez vous désinscrire à tout moment à l’aide des liens de désinscription.