Actualités

Haïti : La crainte d’une réplique sismique maintient des enfants comme Jessy sur le qui-vive

Publié le : 16.09.2021

Pour soutenir les enfants et les familles victimes du séisme en Haïti, il est possible de faire un don sur le CCPL IBAN LU65 1111 0050 0053 0000 de SOS Villages d’Enfants Monde (mention «Séisme Haïti 2021»).

Jessy* est arrivée au Village d’Enfants SOS de Les Cayes en février 2010, quelques jours après le tremblement de terre survenu le 12 janvier de cette année-là et qui avait dévasté la ville de Port-au-Prince et ses environs. Jessy ne garde qu’un vague souvenir des dégâts car elle avait 5 ans à l’époque mais le tremblement de terre du 14 août 2021 est quelque chose qu’elle n’est pas prête d’oublier. Elle s’apprêtait à prendre une douche lorsque la terre a commencé à trembler.

« Les premiers instants du tremblement de terre ont été terrifiants. J’ai dû me précipiter hors de la maison. Une fois dehors, j’ai vu les autres enfants, les mères et les tantes qui criaient à l’aide. Douze jours après cette catastrophe, je ne me suis pas encore remise. J’ai toujours l’impression que la terre bouge sous mes pieds », raconte Jessy, 16 ans.

Se remettre de la catastrophe

Au lendemain du séisme, l’équipe éducative de Les Cayes a initié des activités psychosociales pour aider les jeunes à gérer leur peur et leur anxiété. « Cela m’a beaucoup aidée », dit-elle. « Au début, je n’ai pas tout de suite compris ce qui se passait. Je ne voulais plus rentrer à la maison. Je préférais dormir dehors. J’avais peur que cela se reproduise. »

À la rentrée des classes, le 6 septembre, Jessy sera en deuxième secondaire. Depuis le 14 août, elle n’a plus de nouvelles de ses amis. Elle est impatiente de les retrouver. Cependant, elle craint de ne pas pouvoir suivre les cours sans avoir peur des répliques sismiques. Celles-ci lui créent beaucoup d’angoisse. « Je suis impatiente de retourner à l’école mais je ne sais pas si j’aurais la capacité de m’asseoir en classe l’esprit tranquille. J’aimerais que les élèves apprennent comment réagir à un tremblement de terre », déclare Jessy.

Dans la maison du Village d’Enfants où elle vit avec ses frères et sœurs, elle a du mal à se remettre du tremblement de terre. Chaque jour, elle reprend l’habitude de rire, de lire, de s’amuser et d’être en compagnie des autres. « C’est une bonne thérapie de s’amuser avec les autres. Avant, je n’en comprenais pas toute l’importance. Aujourd’hui, je suis consciente de ce que cela m’apporte et j’ai l’intention d’en profiter au maximum », explique Jessy, avec un sourire béat.

*Le nom a été modifié pour protéger la vie privée de l’enfant.

Le Village d'Enfants SOS de Les Cayes

Le Village d’Enfants SOS de Les Cayes
© Photo village : Maxence Bradley

Catégories

Articles récents

Soutenez l'association

Partager

Newsletter

En renseignant votre adresse email, vous acceptez de recevoir indiquer la fréquence d’envoi et le type de contenus envoyés par courrier électronique et vous prenez connaissance de notre politique de confidentialité.
Vous pouvez vous désinscrire à tout moment à l’aide des liens de désinscription.