Actualités

Fuite et pauvreté : aide aux enfants vénézuéliens en Colombie

Publié le : 26.08.2021

Les premiers résultats de notre projet d’aide d’urgence

L’exode des réfugiés et des migrants vénézuéliens se poursuit et 5.636.986 migrants et réfugiés vénézuéliens ont déjà quitté leur pays (R4V, 5 juin 2021). La Colombie reste le premier pays de destination avec plus de 1,74 million de personnes (dont 22% d’enfants et d’adolescents) (Office colombien des migrations, 31 janvier 2021). Les enfants migrants non accompagnés et séparés (UASC) sont l’une des populations les plus vulnérables touchées par la crise migratoire en Colombie.

Les stratégies d’identification des enfants non accompagnés, ainsi que les services de soins alternatifs de type familial et les processus de réunification familiale ne sont toujours pas structurés dans le pays par les autorités gouvernementales et peu d’organisations donnent la priorité à cette population dans les activités de protection. Par conséquent, SOS Villages d’Enfants Colombie, avec le soutien de SOS Villages d’Enfants Monde, a mis en place un programme d’aide d’urgence aux réfugiés vénézuéliens dans ce pays.

Deux services de soins alternatifs temporaires de type familial ont été installés et accueillent des enfants et des adolescents migrants non accompagnés et séparés au bord des deux frontières principales du pays : à La Guajira, à la frontière du Vénézuela et à Ipiales, qui borde l’Équateur. À ce jour, 125 enfants et adolescents ont été accueillis dans ces deux services et y ont reçu un logement, un accès à des installations sanitaires, à des soins de santé et à une éducation.

Les soins de santé sont fournis par un médecin du centre de soins familiaux qui effectue une évaluation médicale de tous les participants, prescrit les médicaments nécessaires et oriente les patients vers le système de santé adéquat si nécessaire. Dans les structures d’accueil, les enfants et les adolescents ont également accès à tous les produits de base dont ils peuvent avoir besoin tels que des médicaments, de la nourriture, de l’eau potable, des vêtements, ainsi que des tests Covid-19.

D’autre part, notre programme offre un accès à une éducation non formelle aux enfants et adolescents de 6 à 17 ans touchés par la crise migratoire qui ne sont pas inscrits dans l’enseignement formel ou qui ont besoin d’un soutien supplémentaire.

Un soutien scolaire est proposé aux enfants et aux jeunes qui en ont besoin. © SOS Villages d’Enfants Colombie

En outre, les enfants et les adolescents ont également accès à des activités pédagogiques. Ces activités sont mises en œuvre quotidiennement par nos équipes psychosociales locales à partir d’une approche récréative afin d’aborder les principaux risques de protection auxquels ces enfants sont exposés, de les aider à développer des stratégies de prévention et de renforcer leur résilience. Ces activités sont réalisées avec tous les enfants séparés par groupes d’âge (6-11 et 12-17) et tous les contenus sont adaptés à leur âge. Une salle de jeux a également été créée et un suivi du bien-être psychosocial de chaque participant est effectué.

Tous les lundis, les équipes psychosociales organisent également une session de feedback avec les participants au cours de laquelle ils sont interrogés sur leurs expériences au sein du service de soins, comment ils se sentent, ce qu’ils aiment le plus, ce qu’ils changeraient, le type d’activités ou de nourriture qu’ils souhaiteraient avoir pendant cette semaine ou les suivantes. De plus, les participants sont invités à parler ouvertement de leurs préoccupations, suggestions ou plaintes éventuelles aux équipes locales. Jusqu’à présent, aucune plainte concernant le service lui-même n’a été reçue, et les préoccupations sont davantage liées à des problèmes de coexistence entre les participants, en particulier chez les adolescents, gérés avec l’aide des équipes psychosociales locales. Si des plaintes concernant le service étaient constatées, un protocole existe afin de les transmettre au coordinateur du projet et de faire les ajustements nécessaires.

Parmi ces 125 enfants accueillis, 98 ont été réunis avec leur famille. Lorsque la réunification n’est malheureusement pas possible, SOS Villages d’Enfants Colombie informe l’Institut colombien de protection de la famille (ICBF), lui fournit tous les détails et informations concernant le cas et attend que cette institut trouve une solution permanente pour chaque enfant. Depuis le début du projet, 16 enfants, pour lesquels la réunification familiale n’a pas été possible, ont été plaçés dans des familles d’accueil.

Vous souhaitez soutenir ces enfants ? C’est possible ! Vous pouvez faire un don par virement sur le CCPL IBAN LU65 1111 0050 0053 0000 (mention « Urgence Colombie ») ou via notre site.

Merci de tout coeur !

Photos © SOS Villages d’Enfants Colombie

Catégories

Articles récents

Soutenez l'association

Partager

Newsletter

En renseignant votre adresse email, vous acceptez de recevoir indiquer la fréquence d’envoi et le type de contenus envoyés par courrier électronique et vous prenez connaissance de notre politique de confidentialité.
Vous pouvez vous désinscrire à tout moment à l’aide des liens de désinscription.