Actualités

Encourager les enfants à devenir des acteurs du changement

Publié le : 28.03.2022

Chaque jour, les parents prennent des décisions qui affectent la vie de leurs enfants, car ils considèrent souvent qu’ils savent mieux que quiconque ce qui est bon pour eux. Les enfants, en revanche veulent être impliqués dans les discussions qui les concernent.

Fasika* a 13 ans et vit au village d’enfants SOS de Jimma, en Éthiopie. Elle est très impliquée au sein du parlement des enfants. Elle est chargée d’organiser des événements caritatifs et de mobiliser les enfants des familles soutenues par SOS Villages d’Enfants pour aider les enfants vulnérables de la communauté.

Fasika est élève en septième année et dit avoir fait l’expérience de participer à la prise de décision au sein de la maison SOS où elle est élevée, aussi a-t-elle développé ces compétences au fil des ans.

Chaque semaine, le dimanche, la famille SOS de Fasika, composée de 10 enfants âgés de 8 à 17 ans, se réunit autour de la table du dîner pour discuter de sujets que les enfants ont choisi à l’avance. Les sujets abordés vont de l’éducation au changement de comportement, en passant par la moralité et la spiritualité, la manière de renforcer le sens de la famille et le niveau de participation des enfants à tous les égards.

« Chaque enfant, quel que soit son âge ou son sexe, a un rôle à jouer dans le bien-être de la famille…Il est important de participer aux activités quotidiennes pour acquérir des compétences très utiles pour l’avenir, et pour prendre l’habitude d’aider les autres. J’ai rejoint ma famille SOS lorsque j’étais bébé et j’ai beaucoup appris en cours de route. Je peux cuisiner, et même faire de la pâtisserie sans l’aide de ma mère, faire la lessive et nettoyer la maison ; je suis aussi capable de m’organiser pour étudier. J’ai appris à prendre des responsabilités ».

M. Fasika

« La participation à la vie quotidienne de ma famille a renforcé mon estime de moi et m’a aidée à passer avec confiance de la participation au niveau familial au parlement, pour parler au nom des autres enfants », ajoute-t-elle.

Bizunesh Shiferaw, la mère SOS de Fasika, dit avoir créé un environnement propice à la participation positive des enfants dans sa famille, en encourageant une culture du choix, de l’inclusion et du respect de l’opinion de chaque enfant. Cette pratique a aidé ses enfants à se développer, à s’exprimer avec assurance à la maison et dans d’autres contextes comme l’école et la communauté. Ils sont devenus des défenseurs de leurs propres droits et sont capables de s’exprimer avec assurance et sans hésitation.

« J’ai compris qu’il est important d’apprécier les performances des enfants et d’écouter leurs points de vue », explique Shiferaw, la mère de SOS. « Cela augmente leur volonté de participer à la maison, ce qui permet de résoudre facilement leurs problèmes, car ils sont impliqués dans la recherche de solutions. Cette participation renforce également leur confiance pour exprimer librement leurs idées et leurs sentiments, ce qui favorise un sentiment d’appartenance et crée une occasion en or de renforcer les relations entre nous. Le fait de savoir que je les écoute les encourage à venir me voir à tout moment », ajoute-t-elle.

L’adage « Tout ce qui est pour nous sans nous n’est pas pour nous » est affiché sur les murs du village d’enfants SOS de Jimma, pour rappeler aux enfants et aux adultes qui les entourent qu’ils sont des partenaires dans la prise de décision. Les enfants et les jeunes disposent de l’espace et du temps nécessaires pour exprimer de plus en plus leurs opinions au niveau de la famille, du village et du parlement. Ils défendent les questions qui les concernent par le biais du théâtre, de la musique ou de la poésie. Les enfants invitent même des représentants du gouvernement à assister aux événements de plaidoyer de leur village.

« Nous ne prenons pas une seule décision sans impliquer les enfants », déclare Ebisa Jaleta, directeur de programme à SOS Villages d’Enfants Jimma. Ils ont planifié des projets à court, moyen et long terme pour le village SOS. Les enfants et les jeunes apportent une nouvelle énergie et une nouvelle perspective dans ce que nous faisons. Ils ont pris en charge les missions. Le plus important dans la participation des enfants est qu’ils s’approprient les décisions et les négocient ; lorsque cela se produit, la mise en œuvre devient plus facile », dit-il.

Tamar*, 17 ans, présidente du parlement des jeunes au village d’enfants SOS de Jimma, pense que lorsque les enfants et les jeunes sont responsabilisés et ont une voix active, ils contribuent à façonner leur propre avenir, ainsi que celui des communautés dans lesquelles ils vivent. « Il faut soutenir les enfants pour qu’ils puissent devenir les leaders de demain. En outre, les jeunes ont également besoin d’être formés pour leur permettre de soutenir leurs frères et sœurs plus jeunes. Investir dans les enfants et les jeunes, c’est résoudre les problèmes des générations futures », déclare Tamar.

Le Parlement des enfants et le Parlement des jeunes ont tous deux un objectif similaire : ils donnent l’occasion aux enfants et aux jeunes de s’exprimer et de défendre leurs droits, en s’engageant directement sur les questions qui les concernent. Tous les membres, âgés de 13 ans et moins, font partie du parlement des enfants, tandis que ceux qui ont 14 ans, et plus, font partie du parlement des jeunes. La différence entre les deux parlements réside dans la profondeur des questions abordées et la maturité des membres.

« J’ai remarqué que les enfants plus âgés sont capables de formuler clairement les problèmes », déclare Fasika. « Mon désir est de gravir l’échelle de la participation en grandissant ; et plus j’acquerrai les compétences nécessaires, plus je serai en mesure de défendre les sujets qui me tiennent à coeur. Il y a quelques années, je pensais que la participation des enfants n’avait aucune importance, mais aujourd’hui, je me rends compte que nos voix doivent être entendues et qu’il faut y répondre. Il s’agit de respecter nos droits. Sans notre voix, tout travail effectué pour nous est sans valeur. »

Souscrivez un parrainage et aidez-nous à offrir un meilleur avenir au plus grand nombre d’enfants

*Le nom a été changé pour protéger la vie privée de l’enfant.

Photo : Abeba Dumessa

Catégories

Articles récents

Soutenez l'association

Partager

Newsletter

En renseignant votre adresse email, vous acceptez de recevoir indiquer la fréquence d’envoi et le type de contenus envoyés par courrier électronique et vous prenez connaissance de notre politique de confidentialité.
Vous pouvez vous désinscrire à tout moment à l’aide des liens de désinscription.