Actualités

Au Népal, une période de nouveau très difficile pour les familles de la communauté

Publié le : 28.05.2021

En cette fin mai, le Népal vit à l’heure de la recrudescence de la pandémie de Covid-19 et d’une inquiétante deuxième vague. Comme en Inde, la situation est explosive dans le petit pays himalayen. Le 29 avril dernier, le gouvernement y a réinstauré un confinement face à l’augmentation rapide des infections. Hôpitaux et centres de santé sont submergés et doivent faire face à un manque de professionnels de santé et à une pénurie de matériel médical, d’oxygène, de vaccins… Fin mai, le Népal enregistrait plus de 540.000 cas positifs et dénombrait plus de 6.900 morts.

Depuis 2020, face à la crise du Covid-19, SOS Villages d’Enfants Népal est à pied d’œuvre pour assurer la sécurité sanitaire des enfants qu’elle prend en charge et de ses collaborateurs et pour accompagner les bénéficiaires de ses programmes de renforcement des familles et les personnes particulièrement vulnérables de la communauté. 

Le petit Rajiv, âgé de 4 ans, souffrait de malnutrition quand il a rejoint l’an dernier le foyer de jour ouvert par SOS à Itahari, à l’est du Népal. En effet, il ne mangeait plus à sa faim. Le quotidien était déjà un énorme challenge pour sa famille quand le premier confinement est entré en vigueur en mars 2020 et qu’il l’a fait tomber dans la plus grande précarité. Très vite, elle s’est trouvée démunie, sans réserves de nourriture ni économies pour pouvoir acheter de quoi manger. Un membre de la communauté a suggéré aux parents de Rajiv de frapper à la porte du Village d’Enfants SOS d’Itahari, à proximité duquel ils vivaient, pour demander de l’aide. C’est ainsi que Rajiv a été accueilli au foyer de jour.

« Nous sommes reconnaissants envers SOS de nous offrir son soutien en cette période si difficile. Nous avons au moins quelque chose à manger mais je ne sais pas combien de temps nous allons pouvoir tenir. J’ai peur que nous ne finissions par mourir de faim si la situation perdure » confiait Basanta, la mère de Rajiv.

Des mois plus tard, alors que la situation est redevenue dramatique dans le pays, le directeur de SOS Villages d’Enfants Népal affirme : « La perte des moyens de subsistance a entraîné des difficultés sans précédent dans la vie d’anciens jeunes pris en charge par SOS et dans celle de beaucoup de familles de la communauté. Actuellement, ils sont de plus en plus nombreux à se tourner vers nous pour bénéficier d’une aide. De même, de nombreuses familles qui étaient occupées à des travaux journaliers ont du mal désormais à garantir les repas de leur famille ». Il en appelle à la solidarité pour pouvoir continuer à soutenir efficacement ces familles et ces jeunes gens pendant cette période si difficile à traverser. SOS Villages d’Enfants Monde s’engage à aider son association sœur au Népal.

Photos © Nina Ruud & Pearl Sandhu

Catégories

Articles récents

Soutenez l'association

Partager

Newsletter

En renseignant votre adresse email, vous acceptez de recevoir indiquer la fréquence d’envoi et le type de contenus envoyés par courrier électronique et vous prenez connaissance de notre politique de confidentialité.
Vous pouvez vous désinscrire à tout moment à l’aide des liens de désinscription.