Actualités

20 ans d’engagement chez SOS Villages d’Enfants Monde
Rencontre avec Sophie Glesener

Publié le : 5.05.2021

Le 9 mai 2001, Sophie Glesener participait à son premier Conseil d’Administration chez SOS Villages d’Enfants Monde qu’elle avait rejoint après la naissance de ses deux enfants. La jeune administratrice en sera nommée directrice le 1er octobre 2002. 20 ans plus tard, elle revient sur ses motivations premières, partage avec nous quelques moments forts, parle du temps présent et se projette dans le futur.

Sophie Glesener en visite dans le Village d’Enfants SOS de Les Cayes, Haïti, novembre 2014 (c) SOSVEM

Revenons sur vos débuts. Comment avez-vous « rencontré » SOS Villages d’Enfants Monde ? Comment en avez-vous pris la direction ?

Je connaissais l’association depuis longtemps, des membres de ma famille y étant impliqués dès la première heure. En 2001, on m’a proposé le poste d’administratrice de Marie-Anne Molitor qui souhaitait passer le relais à quelqu’un de plus jeune. J’ai de suite pris part aux activités du bureau en travaillant au sein du comité exécutif composé alors de quatre administrateurs, tous bénévoles. A l’époque, la Présidente Barbara François voulait dynamiser et professionnaliser la petite structure pour pouvoir collecter un maximum de fonds pour les enfants du monde. Antoinette Probst, administratrice-déléguée, s’occupait au quotidien de l’association, mais il n’y avait pas de direction. C’est à ce moment que le poste a été créé et c’est ainsi que le 1er octobre 2002 j’ai été nommée directrice. 

Quels ont été vos premiers grands projets ?

Notre participation financière à la construction en 2003 du Village d’Enfants SOS de São Domingos au Cap-Vert, un projet cofinancé par le Ministère des Affaires Etrangères. Son inauguration officielle en 2004, en présence du ministre de la coopération, a été ma première grande mission sur le terrain. Bien d’autres grands projets ont suivi comme la construction de l’Ecole SOS à Rutana au Burundi. A mes débuts, je me disais « il faut développer l’association pour pouvoir un jour construire tout un village d’enfants ». Ce rêve est devenu réalité en 2007 avec le financement de la construction du Village d’Enfants SOS de Savannakhet au Laos. Puis, les projets se sont diversifiés, nous avons pris le chemin du développement et, peu à peu,  la construction d’infrastructures a fait place aux programmes communautaires qui nous permettent de soutenir un nombre toujours plus important d’enfants, d’œuvrer pour leur protection et leur bien-être et pour le respect de leurs droits.

A Kaolack, Sophie Glesener rencontre une femme et des enfants de la communauté, Sénégal, octobre 2018 (c) SOSVEM

Qu’est-ce qui vous inspire et vous anime depuis 20 ans ?

Les missions sur le terrain, les moments de partage au sein des Villages d’Enfants SOS, le bonheur d’y voir les enfants rire, courir, faire leurs devoirs aux côtés de leurs mères SOS. Je dois dire que SOS Villages d’Enfants est comme une grande famille et où que l’on aille, on est toujours accueilli comme un membre de la famille, c’est unique. Je me souviens aussi de visites de terrain plus difficiles mais inoubliables, comme en Haïti en octobre 2010, quelques mois après le séisme. J’y ai rencontré des enfants qui avaient perdu leurs parents et avaient été pris en charge par SOS et des mères en détresse qui avaient perdu leur bébé. Des images terribles ! Depuis, j’ai visité beaucoup d’autres pays très pauvres et dévastés par des catastrophes naturelles ou en proie à des crises majeures. Je n’oublierai jamais ma visite sur l’île de Sumatra en Indonésie après le gigantesque tsunami de Noël 2004. Je revois encore un paquebot que le tsunami avait projeté en plein milieu de l’île ! C’était inimaginable, indescriptible.

Et qu’est-ce qui vous mobilise au quotidien ?

Il y a au Luxembourg les rencontres inspirantes, les contacts avec les donateurs, les partenaires institutionnels et privés, les marraines et parrains, les bénévoles, leur soutien à tous est inestimable. Il y a nos grands événements solidaires, comme nos Concerts de Gala avec de grands solistes et l’Orchestre Philharmonique du Luxembourg, dont j’aime tout particulièrement m’occuper. Il y a aussi le plaisir de retrouver chaque jour le bureau et d’y travailler avec une équipe très engagée.

Comment avez-vous vécu 2020 ? Comment voyez-vous le futur ?

J’ai un œil qui pleure et un œil qui rit. Nous n’avions jamais vécu une année comme celle-là, si pleine de douleur et d’inquiétude. Partout dans le monde, la situation des personnes les plus vulnérables a empiré et nous devons aujourd’hui trouver les fonds pour accompagner de plus en plus de familles et de communautés. Les enfants ont particulièrement souffert, surtout avec les écoles fermées alors que beaucoup n’avaient pas accès aux moyens technologiques pour étudier à distance. La violence domestique envers les jeunes filles et les femmes a aussi tristement augmenté. Mais tout au long de cette année difficile, la solidarité a été au rendez-vous, personne n’a baissé les bras, les donateurs sont restés à nos côtés et leur générosité a permis à nos partenaires sur le terrain de répondre à la crise et d’accompagner efficacement les enfants et leurs familles. Nous avons aussi pu mettre en place depuis le Luxembourg des actions spécifiques contre le Covid-19, envoyer des masques de protection et des ordinateurs dans des pays partenaires et surtout démarrer un important projet d’aide d’urgence en République centrafricaine pour des milliers d’élèves d’une école publique de Bangui. La crise que nous avons traversée nous a confirmé l’importance de nos actions ici au Luxembourg et, même sans baguette magique, je crois que cette solidarité nous permettra de continuer à aller de l’avant pour la cause des enfants dans le monde.

Catégories

Articles récents

Soutenez l'association

Partager

Newsletter

En renseignant votre adresse email, vous acceptez de recevoir indiquer la fréquence d’envoi et le type de contenus envoyés par courrier électronique et vous prenez connaissance de notre politique de confidentialité.
Vous pouvez vous désinscrire à tout moment à l’aide des liens de désinscription.