Projets
Localisation : Tchad

Tchad

Contexte et actualités

Le Tchad, un des pays les plus pauvres au monde, fait face à de nombreux défis : insécurité alimentaire, catastrophes naturelles, tensions intercommunautaires, attaques djihadistes (dans la région du Lac Tchad), violences en Centrafrique, au Nigeria, au Soudan. La situation des pays limitrophes insécurise les zones frontalières et provoque des mouvements de populations vers le Tchad, notamment au Sud en provenance de la République centrafricaine.

Le Tchad, qui compte parmi les plus importants pays d’accueil des réfugiés en Afrique, s’est doté pour la première fois en décembre 2020 d’une loi pour la protection des réfugiés et des demandeurs d’asile. Le pays abrite quelque 480.000 réfugiés, 335.000 déplacés internes et 103.000 Tchadiens de retour au pays. Ces groupes qui comptent parmi les plus vulnérables du pays ont été touchés de plein fouet par la crise du Covid-19 en 2020.

Le sud, région fertile et la plus peuplée, accueille près de 100.000 réfugiés centrafricains. Faute de perspectives de retour, leur vulnérabilité s’accroît tout comme celle des communautés hôtes. On estime à 690.000 le nombre de personnes issues des communautés d’accueil en besoin d’assistance humanitaire.

La situation des femmes et des enfants est particulièrement préoccupante. Les taux de mortalité maternelle et infantile sont parmi les plus élevés au monde et les soins de santé sont très limités. La malnutrition touche près de 500.000 enfants et l’insécurité alimentaire près d’un tiers des ménages. Les inondations de 2020 ont aggravé la situation.

Le niveau d’éducation est faible, surtout chez les filles, et beaucoup d’enfants subissent encore des violences légitimées par la tradition. Celles basées sur le genre sont préoccupantes. Le mariage des jeunes filles reste une pratique courante même si la loi ne l’autorise qu’à partir de 18 ans. Le droit coutumier est souvent appliqué (13 ans). Le nombre d’enfants des rues est élevé et les familles sont souvent contraintes de faire travailler leurs enfants. A l’est du pays, des groupes armés recrutent toujours des enfants.

 

SOS Villages d’Enfants au Tchad

Le travail de SOS Villages d’Enfants a démarré au Tchad en 2002. L’association locale accompagne aujourd’hui à N’Djamena quelque 1.900 enfants, adolescents et adultes à travers ses infrastructures (un village d’enfants, deux foyers de jeunes, un jardin d’enfants, une école et un centre médical) et un programme de renforcement familial. Sur le terrain de l’urgence, elle développe depuis 2018 à Goré, dans le sud du pays, une aide centrée sur la protection de l’enfant et l’éducation et, depuis 2019, une intervention d’urgence dans la région du Mandoul (pour 7.200 bénéficiaires) qui met l’accent sur la protection et l’éducation des enfants tchadiens et des enfants réfugiés centrafricains. En réponse à la crise du Covid-19, 8 écoles de la région ont été dotées en kits d’hygiène, 7.000 personnes sensibilisées aux gestes barrières et 500 enfants ont bénéficié de cours de soutien scolaire.

Aucun élément correspondant n'a été trouvé

Domaine

Localisation

Projets à la une

Soutenez l'association

Partager

Newsletter

En renseignant votre adresse email, vous acceptez de recevoir indiquer la fréquence d’envoi et le type de contenus envoyés par courrier électronique et vous prenez connaissance de notre politique de confidentialité.
Vous pouvez vous désinscrire à tout moment à l’aide des liens de désinscription.